La faune de l’île d’Oléron

Éléments d’information sur la faune oléronaise…

L’objet de cette rubrique est de présenter succinctement quelques espèces animales vivant à Oléron. Pas forcément des espèces emblématiques ou patrimoniales, rares ou protégées, mais des espèces pouvant être vues ou entendues par quiconque avec un peu d’attention, à un moment ou à un autre de l’année (certaines sont migratrices). Le lecteur y trouvera des éléments d’information à l’échelon local, sans plan préétabli (densité, biologie de la reproduction, anecdotes diverses…). Les textes sont de Christian Bavoux, Le Marais aux Oiseaux (dernière mise à jour : le 01/08/2019).

La Huppe fasciée
Sep13

La Huppe fasciée

De la taille du Geai des chênes, la Huppe fasciée ne pèse que 60 à 75 g. Répandue dans les trois-quarts sud du pays, cette espèce migratrice quitte nos contrées dés la fin de l’été pour aller hiverner jusqu’en Afrique du Nord. Si à la mi-février quelques individus peuvent déjà être observés, la plupart ne reviennent qu’en mars. La tête de ce bel oiseau bariolé de roux, de blanc et de noir est ornée d’une huppe roux-orangé –...

Lire plus
Le Pic épeiche
Sep13

Le Pic épeiche

La famille des picidés compte quelque 200 espèces répandues à travers le monde. De la taille d’un Merle noir, pour un poids compris entre 70 et 100 g, l’Épeiche est sans conteste le plus répandu des pics européens. D’aspect bigarré, il arbore un plumage à dominante noir et blanc avec un bas-ventre rouge vif. Les mâles se distinguent des femelles par la présence d’une tache rouge derrière la nuque. Deux autres...

Lire plus
L’Échasse blanche
Août15

L’Échasse blanche

Aisément identifiable, tant en vol que posée, l’Échasse blanche est un grand limicole au plumage noir et blanc, aux longues pattes rouge vif et au bec noir, fin et droit. En vol, les pattes dépassent nettement du corps. Le dimorphisme sexuel est peu marqué : la femelle est un peu plus petite et à un plumage un peu plus terne que celui du mâle. La longueur du corps est comprise entre 35 et 40 cm, pour un poids de 160 à 200 g....

Lire plus
Le Goéland argenté
Nov15

Le Goéland argenté

Mouettes et goélands appartiennent à la famille des laridés qui compte une centaine d’espèces de par le monde. Parmi celles qui nichent en France, la plus commune est sans conteste le Goéland argenté, oiseau emblématique de notre littoral. Son envergure est de 130 à 150 cm pour un poids moyen de 1 kg. Apparence générale des adultes : manteau gris pâle, extrémité des ailes noire mouchetée de taches blanches, queue et reste du corps...

Lire plus
Le Hibou moyen-duc
Sep13

Le Hibou moyen-duc

Répandu dans les régions tempérées de l’hémisphère Nord, le Hibou moyen-duc est sans conteste le plus commun des quatre hiboux que l’on peut rencontrer en Europe, les trois autres espèces étant : le Grand-duc d’Europe, le Hibou des marais et le Petit-duc scops. Le Moyen-duc est relativement commun en France où sa population est comprise entre 30 000 et 60 000 couples en 2009-2012. Le Hibou moyen-duc est de taille...

Lire plus
La Cigogne blanche
Sep12

La Cigogne blanche

Qui ne connaît pas ce bel oiseau emblématique des zones humides ? Au fil des siècles, la Cigogne blanche, « cicogne » en vieux français, a tissé des liens très forts avec l’Homme. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle a nourri bien des légendes comme celle d’apporter les bébés dans les foyers… En vol, même de loin, sa taille imposante – 2 m d’envergure pour un poids de 3 à 3,5 kg – et son...

Lire plus
Le Bihoreau gris
Sep12

Le Bihoreau gris

D’apparence trapue, court sur pattes, manteau gris et dossard noir (dessus brun terreux parsemé de stries jaunâtres chez les immatures), la tête engoncée dans les épaules, le Bihoreau gris a une allure vraiment très caractéristique. Ce petit héron cosmopolite – on le retrouve sur tous les continents – doit son surnom de « corbeau de nuit » aux croassements graves et sonores qu’il pousse le plus souvent en vol, au...

Lire plus
L’Engoulevent d’Europe
Sep13

L’Engoulevent d’Europe

L’ « oiseau mobylette » : ce drôle de sobriquet, l’Engoulevent le doit à son chant monotone, très caractéristique, une sorte de ronronnement prolongé qui, de loin, ressemble plus à celui d’un cyclomoteur qu’à un chant d’oiseau et qui peut durer jusqu’à 5, voire 9 mn, sans interruption ! Chez cette espèce nocturne, seul le mâle se manifeste, rarement en vol ou posé au sol, le plus souvent à partir d’un poste de chant surélevé...

Lire plus
Le Petit-duc scops
Sep13

Le Petit-duc scops

Un peu moins gros qu’un merle, le Petit-duc scops vit principalement dans le sud de l’Europe, dans le nord-ouest de l’Afrique, ainsi qu’en Asie, jusqu’en Sibérie occidentale. C’est sans conteste le plus petit des quatre rapaces nocturnes qui nichent à Oléron, les trois autres étant : la Chevêche d’Athéna, l’Effraie des clochers et le Hibou moyen-duc. C’est aussi le seul d’entre eux à se...

Lire plus
L’Écureuil roux
Sep12

L’Écureuil roux

Muni d’une longue queue qui lui fait office à la fois de parachute et de balancier, L’Écureuil roux a, comme l’indique son nom, un pelage généralement roux, sauf le ventre, le dessous du cou et l’intérieur des pattes qui sont blancs. À noter que des individus peuvent être gris, voire noirs. Il n’y a pas de dimorphisme sexuel. Ce rongeur diurne pèse entre 200 et 400 g. Il est actif toute l’année (il...

Lire plus
Le Tadorne de Belon
Sep13

Le Tadorne de Belon

De taille intermédiaire entre les canards de surface (comme le Canard colvert) et les oies, le Tadorne de Belon est un bel oiseau au plumage bariolé et au bec rouge carmin qui pèse entre 900 g et 1,5 kg, pour une envergure d’un peu plus de 1 m. Impossible de le confondre avec une autre espèce ! Le Tadorne de Belon se rencontre depuis l’ouest de l’Europe jusqu’au nord-ouest de la Chine. En France où il est présent toute l’année,...

Lire plus
Le Martin-pêcheur d’Europe
Août14

Le Martin-pêcheur d’Europe

À peine de la taille d’un Étourneau sansonnet, le Martin-pêcheur d’Europe mesure 17 à 19,5 cm de longueur pour un poids de 35 à 45 g. Son corps court et trapu est surmonté d’une grosse tête prolongée par un long bec en forme de poignard d’environ 4 cm. Son vol droit et très rapide (10 à 20 m/s) ainsi que son plumage bleu brillant sur le dessus (roux chaud dessous) lui ont valu son surnom de « flèche bleue ». En...

Lire plus
Le Hérisson d’Europe
Août14

Le Hérisson d’Europe

Plutôt énigmatique au premier abord, son surnom de « cochon des haies » est la traduction littérale du nom donné par nos amis anglais – hedgehog – au Hérisson d’Europe, car son museau ressemble un peu au groin du cochon et qu’il fréquente volontiers les haies. Noté par les naturalistes locaux comme largement répandu en Poitou-Charentes, le Hérisson est présent dans les quatre îles de la Charente-Maritime : Oléron, Ré, Aix...

Lire plus